Prêts sur salaire

Éviter la spirale de l'endettement

Chers New-Yorkais,

Le principe semble simple et rapide : une personne donne un chèque personnel ou une autorisation de débit de compte en échange d'un prêt plus une commission (qui est en fait un intérêt sur le prêt). 

Les prêteurs sur salaire acceptent de ne pas encaisser le chèque avant le prochain jour de paie. Pas de vérification de la solvabilité, pas de références. Les emprunteurs doivent simplement prouver qu'ils disposent d'un compte bancaire et d'une source de revenus régulière. 

Mais la rapidité et la facilité peuvent avoir un prix élevé. Les frais, les prêts reconduits, les intérêts - tout cela s'additionne rapidement, souvent à plus de 900 % d'intérêts annuels. Douze millions d'Américains ont recours aux prêts sur salaire chaque année. 

De nombreux prêts sur salaire sont illégaux à New York ; d'autres prêts à court terme sont strictement réglementés. Nous vous proposons ici des conseils pour éviter de vous retrouver piégé dans un cycle d'endettement sans fin. 

Si vous vous êtes fait prendre par un prêteur sur salaire illégal, je veux le savoir : Déposez une plainte auprès de mon Bureau des fraudes à la consommation. Nous pouvons contribuer à mettre ces usuriers hors d'état de nuire.
 

Sincèrement,
Signature du procureur général de l'État de New York
Portrait du procureur général Letitia James
Une image aérienne d'une pile de billets d'un dollar.

Le coût élevé des prêts sur salaire

Les petits "frais" s'additionnent

Une charge financière de 15 $ sur un prêt de 100 $ dû après deux semaines a un taux d'intérêt annuel de 391 %. Des taux d'intérêt extrêmes, pouvant atteindre 900 %, sont courants.

Le cycle de la dette

Lorsque les prêts arrivent à échéance et que les emprunteurs ne peuvent pas les rembourser, de nombreux prêteurs les "reconduisent" ou les renouvellent moyennant des frais supplémentaires. L'emprunteur finit par payer plusieurs fois la valeur nominale du prêt en intérêts sans jamais rembourser le capital. Un rapport sectoriel de 2012 a révélé que l'emprunteur moyen utilise huit prêts et est endetté cinq mois par an.

Vol d'identité

Les prêteurs en ligne demandent souvent aux consommateurs de fournir un numéro de sécurité sociale et des informations sur leur compte bancaire. La divulgation d'informations personnelles à des prêteurs inconnus peut entraîner des fraudes et des usurpations d'identité.

New York plafonne les taux d'intérêt

La législation new-yorkaise protège les consommateurs contre les taux d'intérêt exorbitants pratiqués par de nombreux prêteurs sur salaire. Les prêteurs sur salaire qui ne sont pas agréés par l'État de New York ne peuvent facturer aux particuliers de New York un taux d'intérêt supérieur à 16 % pour les prêts personnels d'un montant inférieur ou égal à 25 000 dollars. Les prêteurs sur salaire agréés par l'État de New York peuvent facturer un taux d'intérêt allant jusqu'à 25 %. La plupart des prêts sur salaire dépassent largement ces taux. 

Remarque : en raison des lois fédérales, les taux d'usure de New York ne s'appliquent pas à la plupart des banques et des cartes de crédit.

Les prêts sous d'autres noms

Les prêts à court terme portent différents noms, parfois en fonction de l'emprunteur auquel ils s'adressent. Évitez les offres de prêt dont les frais et les intérêts dépassent les limites légales, et méfiez-vous de celles qui encouragent les reconductions.

Avances sur pensions

Il peut s'agir d'une avance ou d'un rachat, mais le fonctionnement est identique à celui d'un prêt. Destinées aux personnes éligibles à une pension à prestations définies ou qui en bénéficient - retraités de l'armée, fonctionnaires, enseignants et certains retraités d'entreprises -, les "avances sur pension" obligent généralement les emprunteurs à céder une partie, voire la totalité, de leurs futurs paiements de pension en échange d'une somme d'argent aujourd'hui. Les taux d'intérêt effectifs appliqués aux consommateurs peuvent être plusieurs fois supérieurs à la limite légale en vigueur à New York. Elles peuvent sembler une solution facile, mais les avances sur pension peuvent être financièrement dévastatrices.

Prêts à tempérament

Bien qu'ils semblent être un produit bancaire légitime - et beaucoup le sont - les prêts à tempérament peuvent être assortis de taux d'intérêt annuels de plus de 300 %. Les intérêts sont généralement payés au début du prêt, et les emprunteurs sont encouragés à refinancer ou à reconduire le prêt. Ils continuent à payer des intérêts sans rembourser le principal. Avec des durées plus longues que les prêts sur salaire, les consommateurs restent endettés pendant des mois, voire des années.

Prêts sur titre automobile

Ces petits prêts, garantis par un véhicule à moteur, sont également assortis de taux d'intérêt annuels élevés. Pire encore, un seul paiement manqué peut entraîner la reprise de possession de votre voiture ou de votre camion.

Quelques alternatives

Contactez les créanciers pour mettre au point un plan de paiement. Ils proposent souvent des prolongations de délais pour les factures. Veillez à vous renseigner sur les frais ou coûts supplémentaires. 

Parlez à votre employeur d'une avance sur salaire. Les politiques varient selon les employeurs, mais il se peut que vous deviez remplir une demande détaillant les raisons pour lesquelles l'avance est nécessaire. En général, le remboursement est déduit des futurs chèques. 

Envisagez un prêt auprès d'une coopérative de crédit ou une avance de fonds sur une carte de crédit. Les taux de ces prêts sont généralement inférieurs à ceux des prêts sur salaire. Faites le tour pour trouver la meilleure offre. 

Trouver un prêteur agréé. Les prêteurs agréés par l'État de New York peuvent proposer des prêts non garantis moins onéreux que ceux de la plupart des prêteurs sur salaire. Contactez le département des services financiers de l'État de New York. 

Examinez les plans de compte courant de votre banque. Moyennant des frais, de nombreuses banques proposent des plans qui permettent de transférer de l'argent d'un compte d'épargne, d'une carte de crédit ou d'une ligne de crédit pour couvrir les comptes à découvert. Évitez les programmes de "protection contre les rebonds" qui ne couvrent que les découverts individuels. 

Envisagez de faire appel à une agence de conseil en crédit agréée et à but non lucratif. Les planificateurs budgétaires ou les agences de conseil en crédit peuvent aider à réduire les frais et les taux d'intérêt, prendre des dispositions pour renoncer aux frais et mettre fin aux appels téléphoniques de harcèlement de la part des créanciers. Assurez-vous que l'agence est agréée et qu'elle n'a pas de but lucratif. Contactez le département des services financiers de l'État de New York. 

Vérifiez vos retenues d'impôt. Si vous avez reçu un remboursement d'impôt important chaque année, vous pouvez réduire le montant retenu sur votre chèque. Il est préférable d'avoir de l'argent disponible lorsque vous en avez besoin, plutôt que de payer des intérêts sur des prêts jusqu'à ce que le remboursement arrive.

Bureau du procureur général de l'État de New York, Bureau des fraudes à la consommation
1-800-771-7755 
ag.ny.gov

Département des services financiers de l'État de New York
1-800-342-3736 
dfs.ny.gov

Bureau de la protection financière des consommateurs des États-Unis
1-855-411-2372 
consumerfinance.gov

Commission fédérale du commerce des États-Unis
1-877-382-4357 
ftc.gov